Cet “ami” qui nous veut du mal

Ou cet “ami” qui vous ridiculise, “hagar” en public…
Se protĂ©ger de ces guet-apens improvisĂ©s ; avoir de la rĂ©partie et comprendre le mĂ©canisme qui pousse certaines personne Ă  vous humilier en public.

Vous ĂȘtes invitĂ© Ă  passer une soirĂ©e avec des amis. Tout est lĂ  pour que tout se passe bien. Puis tout Ă  coup, une personne vous prend pour cible, elle vous vanne et vous met mal Ă  l’aise. À ce moment-lĂ , la rĂ©partie vous fait dĂ©faut ; et voilĂ  que la belle soirĂ©e se transforme en cauchemar 
 Cela semble durer des heures alors qu’en rĂ©alitĂ©, il ne se passe que quelques minutes. Seulement, vous allez non seulement passer le reste de la soirĂ©e Ă  ruminer ce que vous auriez dĂ» faire ou dire, mais Ă©galement Ă  comprendre ce qui a amenĂ© cette personne ou ce soi-disant « ami Â» Ă  vous mettre dans cette posture

#Note du Chasseur, la stratĂ©gie du lĂąche :

Tout le monde dans la salle riait aux blagues de Jerry.  Il Ă©tait un peu celui qui mettait l’ambiance, et ça semblait totalement lui convenir.  Nous Ă©tions tous autour d’une grande table ; une rĂ©union d’anciens Ă©lĂšves. Chacun mange en discutant avec son voisin d’à cĂŽtĂ© ; Jerry, lui, continue d’amuser les gens les plus proches de sa table. Puis, arrive un moment de silence. C’est l’heure du dessert ; les gens sont rassasiĂ©s et certains font signe de la tĂȘte qu’il est peut-ĂȘtre temps de s’en aller.
À ce moment, Jerry se tourne vers Nicolas. Il l’observe un bref instant, puis dĂ©clare Ă  voix haute: « Nicolas, il vient toujours avec le mĂȘme gilet. À chaque soirĂ©e, il se trimballe les mĂȘmes vĂȘtements. Soit il ne nous respecte pas assez pour se changer, soit il n’est toujours pas sorti de ses galĂšres financiĂšres Â», s’ensuit un rire qui rĂ©sonne dans la salle. Je jette un Ɠil Ă  Nicolas. Il est devenu tout rouge, et son sourire gĂȘnĂ©, tente de cacher un terrible malaise. Il laisse entendre un rire Ă©touffĂ©, puis prend un verre d’eau et l’ingurgite doucement. Mais Jerry ne va pas s’arrĂȘter. « Vas-y, Nicolas, dis nous dans quelle merde tu t’es encore fourrĂ© !  Heureusement que ton ex n’est pas venue, il aurait fallu te cacher pour Ă©viter qu’elle te prenne en pitiĂ©, hahaha Â». Les gens rient. Nicolas, aussi. Il en rajoute un peu mĂȘme : « Oh ça va, ce n’est pas comme si j’étais surendettĂ©, non plus, hein haha Â». LĂ , une autre personne intervient. Nicolas ne la connait pas, c’est sans doute un ami d’un des invitĂ©s. Il se permet de vanner Nicolas en disant publiquement que travaillant dans un centre de mĂ©diation de dette, il peut lui donner un rendez-vous s’il le souhaite. Nicolas a l’air de se contenir, je le vois
 Son regard a changĂ©. Il a envie d’exploser, mais il ne le fera pas. Pour moi c’est Ă©vident, Jerry vient de se faire un ennemi, et au vu des circonstances, ce serait mĂ©ritĂ©.
Pourtant, lorsque nous serons tous sur le dĂ©part ; chaussant nos souliers, et embrassant les derniĂšres personnes encore prĂ©sentes, je verrai Nicolas faire une remarque discrĂšte Ă  Jerry, lui signalant qu’il n’a pas apprĂ©ciĂ© qu’à cause de sa blague, un inconnu lui ait manquĂ© de respect en public. Curieux, je me rapproche d’eux. Sait-on jamais, peut ĂȘtre que Nicolas est en train de neutraliser la posture toxique de Jerry. Je prends mon petit calepin, prĂȘt Ă  prendre des notes. Malheureusement, je fais fausse route. Jerry balaye la leçon de morale d’un « pfff, on rigole entre nous, fais pas le vexĂ© !  Fallait rĂ©agir contre l’autre mec, lĂ  !» Nicolas ne dit rien. Il pense sans doute qu’il ne doit pas y porter trop d’attention ; Jerry est son ami. Sauf que son ami reproduira exactement le mĂȘme schĂ©ma aux prochaines occasions. Jusqu’au jour oĂč Nicolas n’en pourra plus et rĂ©agira avec une violence disproportionnĂ©e. Ce jour-lĂ , lui le gentil garçon, aura l’air d’un violent impulsif et trop susceptible. Il finira par s’isoler, aigri, jusqu’au moment oĂč il recommencera le cycle en reprenant contact avec son
ami.

JERRY VS NICOLAS: la partie démarre!

JERRY lance une attaqueđŸ—Ąïž  : « VANNE đŸ—ŁïžđŸ€Ł Â».
NICOLAS est touchĂ© đŸŽŻ: « -5 pts de đŸ„‡RÉPUTATION Â»

NICOLAS utilise son bouclierđŸ›Ąïž  : « đŸ€ĄAUTO-DÉRISION Â».
NICOLAS rĂ©cupĂšre : Â« +3 pts de đŸ„‡RÉPUTATION Â».
JERRY contre avec une attaqueđŸ—Ąïž : Â« VANNE đŸ—ŁïžđŸ€Ł X2 / COUP CRITIQUE» [l’usage d’une information intime de NICOLAS double la puissance de son attaque Â».
NICOLAS est touchĂ©đŸŽŻ : « -10 pts de đŸ„‡RÉPUTATION Â»

đŸ‘€ INCONNU APPARAIT  !

INCONNU lance une attaqueđŸ—Ąïž sur NICOLAS :
« VANNE INSOLENTE đŸ—ŁïžđŸ˜šÂ»
NICOLAS est touchĂ©đŸŽŻ : « -12 pts de đŸ„‡RÉPUTATION Â»
NICOLAS subit l’effet đŸ˜” « đŸ—żPARALYSIE Â».

🏆 RÉCOMPENSE:

JERRY :
+ 12 pts de 💉DOPAMINE[ Effet temporaire]
+ 5 pts de âŁïžCONFIANCE EN SOI
+ 6 xp de 💖CHARISME
CapacitĂ© spĂ©ciale : JERRY gagne un niveau supplĂ©mentaire en đŸ€ĄHUMORISTE.


INCONNU :
+ 5 pts de 💉DOPAMINE[Effet temporaire]
+ 7 pts de âŁïžCONFIANCE EN SOI
+ 1 xp de 💖CHARISME

NICOLAS :
– 10 pts de âŁïžCONFIANCE EN SOI
– 11 pts de 💗ESTIME DE SOI
–  7 pts de 💖CHARISME
– 17 pts de đŸ„‡RÉPUTATION

Quelles sont les raisons pour lesquelles Jerry a pris son ami pour cible ?

Le Chasseur a identifiĂ© une stratĂ©gie qui revient souvent chez un certain nombre de personnes. Elle consiste Ă  utiliser un individu- que l’on connait suffisamment en gĂ©nĂ©ral- pour s’assurer d’attirer (ou de garder) l’attention des gens. Faire une blague qui fait mouche en public, c’est toujours gratifiant, notre cerveau nous rĂ©compense avec une bonne dose de dopamine (dit l’hormone du plaisir), qui va nous motiver Ă  continuer dans notre lancĂ©e (raison pour laquelle d’ailleurs, il ne faut pas s’attarder Ă  couper l’herbe sous le pied de celui qui tentera de vous utiliser Ă  cette fin).
Jerry a utilisĂ© son ami, Nicolas, car il savait qu’il avait tout le profil pour attirer le rire de ses comparses. GrĂące Ă  lui, il sera la star du moment, le gars cool qu’il faut inviter chez soi pour avoir une bonne ambiance.

Mais pourquoi Nicolas ? Pourquoi pas un autre ?

Jerry sait, consciemment ou pas, que Nicolas est une proie facile. Sa dĂ©fense ne sera pas assez solide pour contrer ses « attaques Â». D’autant plus que, comme il le connait assez bien, il sait ce qui peut ĂȘtre extrait des mĂ©saventures de Nicolas pour les transformer en gag. Certes, si cela ressemble bel et bien Ă  une stratĂ©gie “lĂąche”,  Nicolas, lui, est une cible bien facile.

Raison pour laquelle, l’inconnu, aprĂšs avoir remarquĂ© le malaise de Nicolas suite Ă  la blague de Jerry, s’est permis d’intervenir pour gagner lui aussi sa part de dopamine.

Faut-il se dĂ©barrasser de ce genre d’ami?

Je laisse ça Ă  l’apprĂ©ciation de ceux qui entretiennent ce genre de relations.
Toutefois, la rĂ©alitĂ© est que la stratĂ©gie du lĂąche n’est pas uniquement utilisĂ©e par des pervers narcissiques et d’autres personnes malveillantes. Jerry fait partie de ces personnes qui Ă©prouvent un rĂ©el attachement pour leurs amis, mĂȘme Nicolas. Toutefois, lors de ce genre de situation, il leur arrive d’oublier leurs limites, et en croyant faire une blague -de mauvais goĂ»t- elles pensent juste amuser la galerie. La preuve est que selon elles, leur cible ne rĂ©agit jamais de façon assez forte pour les empĂȘcher de reproduire cette action. Elles ne sont pas conscientes du mal qu’elles provoquent en agissant de la sorte. Et mĂȘme si le malaise occasionnĂ© est largement perceptible, leur part d’ombre couvre assez leur empathie, pour que le gain obtenu (reconnaissance et dopamine) justifie ce moment de gĂšne. Et vous verrez que le lendemain, elles auront oubliĂ© ce sketch qui pour vous Ă©tait en rĂ©alitĂ© un drame.

Que faire ?

  • Agir directement. Couper l’herbe sous le pied de la personne qui vous prend pour cible.

    Votre rĂ©partie: la rĂ©partie n’est pas de la magie. Si votre Ă©tat d’esprit n’est pas prĂȘt Ă  rĂ©agir avec suffisamment d’éloquence Ă  ce moment-lĂ , vous pourriez manquer de rĂ©activitĂ©, et ne pas savoir quoi rĂ©pondre. Il faut donc  la travailler ! Se prĂ©parer aux Ă©ventuelles remarques afin de savoir quoi rĂ©pondre au cas oĂč l’on vous attaquerait.

    L’improvisation rĂ©ussie a pour origine l’expĂ©rience et la pratique. Lorsque vous vous exercez dans la rhĂ©torique, vous ouvrez votre tiroir (image mentale) et y mettez du contenu. Ainsi,  au moment  oĂč vous devrez improviser, il vous suffira d’ouvrir les tiroirs et d’y puiser de quoi construire votre rĂ©ponse avec une certaine fluiditĂ©.

    L’une des raisons pour lesquelles on manque parfois de rĂ©partie est l’émotion. Lorsqu’on est trop associĂ©, connectĂ© Ă©motionnellement Ă  ce qui est en train de se passer, on perd pied et la confusion nous empĂȘche de nous brancher Ă  notre partie crĂ©ative, particuliĂšrement essentielle dans ce contexte. Donc, dissociez-vous le plus possible de la scĂšne. Pour cela, vous devez vous mettre en mĂ©ta position. C’est-Ă -dire que vous allez commenter ce qui vient de se produire comme si vous Ă©tiez un spectateur : « En fait, pour ceux qui n’auraient pas compris ce qui vient de se produire, mon ami Jerry a besoin de votre attention. Maintenant que c’est fait, peut-ĂȘtre que l’on peut passer Ă  autre chose
 (Nicolas sourit, sĂ»r de lui, tout en fixant Jerry du regard)».

    Soyez calme, paraissez maitre de vous-mĂȘme. Si vous ĂȘtes trop associĂ© Ă  ce qui se passe, vous allez Ă©prouver des difficultĂ©s Ă  masquer votre affect.

  • Signaler clairement Ă  votre ami que vous ne l’autorisez pas Ă  vous prendre pour cible.
    Il y a des personnes qui le comprendront dĂšs l’instant oĂč vous le leur communiquerez :
    « Jerry, tu m’as mis mal Ă  l’aise. Si je suis venu avec toi, c’est pour passer un bon moment, et lĂ  ce n’est pas le cas. Â»
    Ne rigolez surtout pas en lui parlant. Soyez sĂ©rieux, il doit voir la diffĂ©rence ! LĂ , vous ne rigolez plus !

    Si vous constatez, par contre, un manque d’empathie : il faudra le recadrer en public (attention Ă  ne pas crĂ©er une blessure d’égo qui vous fera un nouvel ennemi) afin de jouer sur le levier de la douleur – Il souhaite attirer l’attention des gens ? Ok, mais ce ne sera pas Ă  votre dĂ©triment, au risque d’en subir le contre coup !
    « Qu’est-ce qui lui arrive Ă  Jerry ? Il est connu que lorsqu’on se rabaisse Ă  ça, c’est qu’on est grave en manque d’inspiration
 Allez, tu peux faire mieux que ça
 Â»

    ⚠Le signal doit ĂȘtre assez fort pour que le message soit clair pour tout le monde !
    C’est votre posture qui donnera ce signal. Si vous rĂ©pondez en bafouillant, et en Ă©tant recroquevillĂ© sur vous-mĂȘme, vous ne serez pas crĂ©dible.

    Un regard persuasif, un ton de voix calme, et  en mĂȘme temps autoritaire, sont des signaux suffisamment puissants. Cela Ă©vitera aux petits malins de tenter de s’ingĂ©rer dans la brĂšche en vous provoquant.

  • Le code
    Un ami, une connaissance peut vous mettre mal Ă  l’aise sans forcĂ©ment vous prendre pour cible intentionnellement. Une blague, un sujet en particulier peuvent crĂ©er le malaise. Lorsque vous savez qu’une personne de votre entourage est sujette  Ă  l’incontinence verbale une fois qu’elle se sent en confiance, mettez-vous d’accord avec elle, ayez un code qui devra lui faire prendre conscience qu’elle est sur le point de dĂ©passer les limites. Cela peut ĂȘtre un mot ou un signe qui devra se faire discrĂštement. Si malgrĂ© ça, elle continue, alors elle est de mauvaise foi, et vous manque de respect volontairement vous devrez vous montrer impitoyable !

  • Evoluez !
    Il est connu que les gens les plus fragiles dans ce genre de situation, sont ceux qui sont Ă  la base déçus d’eux-mĂȘmes. Parfois, il  n’y a pas besoin de Jerry, on se flagelle dĂ©jĂ  tout seul. Votre confiance en vous-mĂȘme et votre posture ne changeront pas parce que vous avez tout Ă  coup dĂ©cidĂ© de le faire, vous allez devoir travailler en amont. Pour cela, vous devrez rĂ©pondre Ă  ces deux questions pour savoir dans quelle direction aller : « Quelle personne dois-je ĂȘtre, tout en restant honnĂȘte et bienveillant, pour ne pas me retrouver dans cette situation ? Quelle est la “toute premiĂšrepetite chose que je vais faire dĂšs maintenant pour devenir cette personne 

© toute reproduction de cet article et du contenu sans citation de l’auteur est proscrit. Vous ĂȘtes libre de le partager en mentionnant la rĂ©fĂ©rence et/ou l’auteur.

Si vous avez aimĂ© l'article, vous ĂȘtes libres de le partager! ;)

4 Thoughts on “Cet “ami” qui nous veut du mal

  1. Bravo pour cette analyse trĂšs fine d’une situation vue et revue et qui parlera Ă  tout le monde ! Oui, on peut rire de tout, sauf aux dĂ©pens de quelqu’un d’autre. J’aime beaucoup le dialogue-gaming, c’est trĂšs parlant ! Bonne continuation 😉

  2. intĂ©ressante prĂ©sentation! Moi je supporte, mais si cet ami devient uniquement “toxique”, ou va trop loin, je coupe les ponts.PAF!

Laisser un commentaire