CLR(9): Les croyants, ces premiers blasphémateurs!

Dans une intention de se rapprocher de Dieu, nombreux sont les croyants idéalistes qui finissent par se radicaliser. Parfois une prise de conscience suffit à les détourner de l’obscurantisme. La voici…

Papa, maman, c’est qui Dieu?

Notre rapport à Dieu se façonne dès notre plus jeune âge.  Au départ, l’éducation (parentale par exemple) peut donner des bribes d’information sur « quelqu’un là-haut qui gère et gouverne le monde ».
Nous n’avons pas besoin d’en savoir plus à ce moment-là. Puis, cela permet à nos tuteurs de ne pas devoir donner trop d’explications complexes  à un petit enfant dont on n’ est pas certain de sa capacité cognitive à assimiler des concepts métaphysiques. Ensuite, selon l’éducation qui fait autorité dans l’environnement dans lequel on évolue, on élargira notre perception du divin…ou non.

L’expérience personnelle du divin

Notre expérience personnelle du « divin » dépend du sens que l’on donnera à ce que nous comprenons comme « divin ». Ce sens se basera sur nos croyances culturelles et religieuses. Celles-ci feront office de filtres et de biais de confirmation[1] pour toute expérience interne et externe.

Expérience externe:
Je vois un animal qui s’arrête de marcher au son de l’appel à la prière (adhan). Selon ma croyance, je peux assimiler cette action de prime abord anodine à un acte en lien avec la transcendance et la présence de Dieu.
« Waw, c’est parce que ce chien a compris que le son faisait référence à Dieu qu’il s’est arrêté par respect. Mashallah »

Expérience interne:
Je suis invité à une porte ouverte dans un sanctuaire. Je ressens tout à coup une sensation de bien-être et de bienveillance au plus profond de mon être. Cette sensation m’est tellement agréable et touchante que j’en ai les larmes aux yeux. J’ai  l’impression de n’avoir jamais ressenti une telle douceur. Une fois de plus, si j’ai une quelconque connaissance sur le concept de Dieu (qu’on y croit ou non), je pourrai assimiler cet état interne à une preuve (interne) de sa manifestation.

Que l’on veuille ou non, le musulman contemporain qui a eu l’expérience de la modernité aura une vision de Dieu différente de celui du musulman VII-VIII ème siècle. Les plus rigoristes des salafis moderne, tout en conservant leur approche anthropomorphiste de Dieu, ont des perceptions légèrement différentes bien que similaires dans le fond qu’un autre salafi du Moyen-âge. C’est ce qui fait qu’un salafi moderne a plus de chance de déconstruire son rapport figé à Dieu qu’un musulman du VIIeme Siècle.

Ils disent: “Dieu est Grand”, mais ont-ils la même “perception” de la grandeur?

L’idée générale en Islam, ou en tout cas la plus partagée, est que Dieu est une entité qui gère le monde et interagit constamment avec, comme le ferait un berger (pour ne pas dire un shérif) qui surveille son troupeau. Selon les islams (différents écoles de pensées de l’Islam), vous pourrez avoir différentes représentations mentales de la manière dont Ses Attributs se concrétisent dans l’expérience humaine. Tous les islams disent : « Dieu est GRAND ».

Mais que signifie cette grandeur si nous ne pouvons ni la comparer (étant donné que Dieu serait le seul Dieu existant) ni la mesurer ? » Certains diront qu’il s’agit de l’idée d’immensité, d’éternité, et de noblesse au travers des attributs divins (Miséricorde, Justice, etc). Mais encore une fois qu’est-ce que cela peut signifier à nos yeux d’êtres humains ?

En fait, nous pensons « éternité, immensité, justice, etc. » comme concepts mais nous ne pouvons les décrire car nous ne les connaissons pas en dehors des idées générales et abstraites que nous nous en faisons. C’est-à-dire que nous n’avons pas d’équivalences concrètes qui nous permettraient de comprendre réellement le sens de ces idées. Et sans cela, la signification concrète des attributs de Dieu peut évoluer à mesure que notre niveau conceptuel se nourrit de nouveaux éléments.

« -Où veux-tu en venir ? »

Regardez le ciel…ou imaginez-le en regardant les photos ci-dessous :

Cette vision du ciel est celle qu’aurait pu observer un musulman du Moyen Age vivant à l’époque du Prophète. Ils pensaient « infini » mais ne pouvaient la concevoir qu’à partir de leurs propres perceptions.
Il est ainsi normal que la plupart d’entre eux aient « compris » Dieu à l’intérieur d’un cadre conceptuel restreint. Dieu pouvait être derrière un de ces gros nuages, ses anges et les démons se manifester dans l’éclat de ces étoiles que l’on pouvait voir une fois la nuit tombée.

Cette proximité entre le Divin, les êtres de lumières et l’humain générait cette croyance de l’intervention divine dans toutes affaires humaines, même les plus dérisoires et les plus futiles.
La crainte d’être touché intensément par la Foudre et d’être observé constamment est alimentée par cette croyance.

Imaginez cette pression et ses répercussions dans le quotidien et vous comprendrez l’hésitation que peut avoir une personne dans un dilemme où il doit choisir ce qui lui parait intuitivement bon et les recommandations juridiques issues de sa religion.

Parfois, cela peut avoir des conséquences dramatiques. Surtout dans une situation urgente où des services de premiers soins devront faire fie de certaines représentations de la « pudeur » pour s’occuper d’une personne en danger de mort.

Et maintenant, visionnez cette courte vidéo!

Il arrive que le croyant oublie ce type de savoir.
Mais après avoir conscientisé la taille de son monde et celui de l’Univers, il finit par relativiser ses « préoccupations » pendant un court instant…avant d’y replonger, oubliant que ses angoisses et craintes ne feraient pas trembler une poussière d’étoile.


⛔Attention, il ne s’agit pas de prétendre qu’une croyance cohérente de Dieu signifierait que celui-ci soit désintéressé des affaires humaines. Cela sous prétexte que la terre et ce qu’elle contient seraient infiniment minuscules en comparaison de l’immensité de l’univers. Ce serait une distorsion de cause à effet, car ce n’est pas la taille et la masse d’une chose qui définissent forcément son importance.

Pour résumer:

Les bédouins ne savaient pas que l’univers était si « grand » et les étoiles si éloignées. Ils l’ont conceptualisé avec un regard aussi étroit et restreint que leur permettaient leurs propres limites conceptuelles et sensorielles.

Réponse aux distorsions du croyant lambda: “Oui, mais Le Prophète …!”

Les présuppositions derrière ce genre de réactions sont les suivantes :
« Le Prophète était doté de canaux sensoriels extra humains car Prophète »
« Nous savons exactement ce qu’a dit et pensé le Prophète et sa vision de Dieu ».

✅La présupposition 1 est une distorsion de cause à effet. En quoi le fait d’être Prophète ferait d’un Messager de Dieu une espèce de mutant doté de capacités surhumaines ? Surtout que les traditions font du Prophète une personne qui se considérait comme un être humain. C’était d’ailleurs, selon les tafsirs du Coran, un argument de ses détracteurs qui lui opposait qu’il n’était qu’humain et que la révélation aurait du être faite à un ange.

✅Quant au présupposé 2, largement répandu, il est faux. Nous ne savons que peu de choses et elles ne sont que le fruit de retranscriptions cadrées par les filtres subjectifs des auteurs (lorsqu’ils avaient la possibilité d’écrire sans menace de graves sanctions. Voir l’article CLR 4 pour plus de précisions!

Conclusion

Nous pouvons estimer que l’évolution de notre perception du divin est plus vaste et transcendante que celle de nos prédécesseurs, grâce aux outils d’exploration scientifique et au développement de nos concepts hérités  de l’antiquité à nos jours.

Que cette perception puisse impacter les représentations des croyants est une question pertinente. Ces derniers pourraient reconsidérer les limites dans lesquelles les bédouins ont enfermé Dieu comme des sortes de blasphèmes (pour ceux qui croient au blasphème). Bien entendu, il s’agirait de blasphèmes involontaires et inconscient.

Et voilà que maintenant, vous commencez par prendre conscience, si ce n’était pas encore le cas, que l’idée de Dieu ne peut être définie par des attributs qui lui ont été accolés à une époque (quelle qu’elle soit, du Moyen Age ou contemporaine) car tant que nos sens demeurent limités à nos canaux sensoriels (visuel, auditif, kinesthésique), nos appareils technologiques et nos concepts qui ne cessent d’évoluer, nous ne pourrions Le percevoir (Dieu) sans le diminuer. 

C’est aussi la raison pour laquelle, plus vous remontez dans le Passé et plus les attributs de Dieu ressemblent…à ceux d’un être humain.
Un tantinet ironique pour des religions qui veulent élever « la Parole de Dieu » lorsque par refus de s’élever elles-mêmes, elles continuent de la déprécier .


© Toute reproduction de cet article et du contenu sans citation de l’auteur est proscrit. Vous êtes libre de le partager en mentionnant la référence et/ou l’auteur.

[1] Différents systèmes de croyances (écoles de pensée) qu’englobe l’Islam.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libres de le partager! ;)

Laisser un commentaire