Remonter le temp pour ne plus gĂącher sa vie !

ArrivĂ© Ă  un certain Ăąge, le Monstre « CESTROTARD Â»pointe le bout de son nez.
Comment l’attraper avec Ă©lĂ©gance et Ă©viter qu’il nous empoisonne l’existence.

Le Monstre  « CESTROTARD Â» sort de son hibernation

C’est en gĂ©nĂ©ral vers les 25 ans que certaines personnes craignent d’ĂȘtre passĂ©es Ă  cĂŽtĂ© de quelque chose dans leur vie.

« Stupide ! Vous ĂȘtes encore tellement jeunes
 Â» diront les trentenaires certains d’avoir gĂąchĂ© leur potentiel, ils se disent que pour eux, il est bientĂŽt trop tard. « N’importe quoi ! Â» crieront les quarantenaires ! Eux, ils ont passĂ© la limite. «  Ce n’est pas Ă  42 ans que l’on peut tout recommencer ! On doit vivre avec ce que l’on a, c’est trop tard pour nous ! Â» « ImbĂ©cile ! Â» rĂ©pondront les cinquantenaires ! « Quarante ans c’est encore trop jeune ! Nous, par contre, c’est bien trop tard pour nous ! Â»

Et ainsi de suite


Il y a plusieurs facteurs qui peuvent induire cette idĂ©e d’avoir « gĂąchĂ© sa vie Â».

Les facteurs potentiels qui nourrissent le Monstre

  • Un projet professionnel important Ă  nos yeux non rĂ©alisĂ©:
    sortir un album (lorsqu’on est musicien), Ă©crire un roman (potentiellement best-seller), rĂ©aliser LE film (que tous le monde attend sans le savoir), crĂ©er l’entreprise (premiĂšre d’une longue chaine qui s’implantera Ă  l’international).
  • Des Ă©tudes interrompues ou jamais commencĂ©es (pour ĂȘtre “crĂ©dible” auprĂšs de ses pairs ; pouvoir changer de mĂ©tier avec un meilleur salaire, ou en trouver un tout simplement) 
  • Un travail dans lequel on ne trouve plus de sens (« Qui voudra  encore m’engager Ă  mon Ăąge ? Â»)
  • Un compagnon ou une compagne pour qui on a mis de cĂŽtĂ© nos « rĂȘves Â» (“J’ai tout donnĂ© pour ma famille et maintenant je me rends compte que je me suis oublié “)
  • Ne pas “possĂ©der” de biens ou de fonds d’investissement:
    Ă  partir de la trentaine, la question se pose plus sĂ©rieusement si on a un Ă©lĂ©ment de comparaison. Ex : un voisin, un membre de la famille, etc, qui nous fait part de ses rentes.

Solution : remonter le temps ? Les 3 orientations possibles !

 Remonter le temps c’est intĂ©ressant comme projet, mais encore faut-il savoir quelle est la direction Ă  prendre !

Lorsque nous sommes confrontĂ©s Ă  une difficultĂ©, nous rĂ©agissons diffĂ©remment selon notre profil. Il y a trois types d’orientation que l’on empruntera selon nos habitudes :

Le passĂ© : les nostalgiques.

Avant c’était mieux, n’est-ce pas ? Se remĂ©morer des souvenirs peut ĂȘtre un facteur de plaisir et de partage. Toutefois, nous focaliser sur le passĂ© est une fausse ressource lorsqu’elle nous amĂšne un Ă©tat de passivitĂ© et de dĂ©pression constante.

Le prĂ©sent : vivre le moment, l’instant

Vivre l’instant est le meilleur moyen de profiter de l’instant prĂ©sent. Le temps passe moins vite, et notre attention est plus ancrĂ©e, associĂ©e aussi bien Ă  la situation qu’à nos Ă©motions. NĂ©anmoins, lorsque nous sommes confrontĂ©s Ă  un problĂšme assez consĂ©quent, il est bon de prendre du recul et de se dissocier de ces mĂȘmes Ă©motions, pour faire des choix plus rationnels ou crĂ©atifs selon le cas.

Le futur : ça ira mieux, demain

C’est sans doute la possibilitĂ© de se projeter qui nous dĂ©marque le plus des animaux. Sans cette capacitĂ© d’envisager le futur, pas de civilisation possible. Le fait de prĂ©voir le rĂ©sultat de nos petites actions, est un facteur d’anticipation des Ă©ventuels problĂšmes qui pourraient nous faire obstacle. Qui plus est, c’est Ă©galement un Ă©lĂ©ment de motivation supplĂ©mentaire. Cependant, trop s’installer dans le futur, c’est prendre le risque de ne pas profiter de notre temps actuel, et de mettre de cĂŽtĂ© ce qui est actuellement important pour nous.

RETOUR VERS LE PASSÉ!

Allez Doc, on embarque dans la Delorean ! Cap sur le passĂ©, juste avant qu’on fasse le ” mauvais choix” ou qu’au contraire, « on n’en fasse pas Â», et on change Ă§a !

Nous sommes nombreux Ă  croire que si on pouvait modifier certains Ă©vĂ©nements de notre passĂ©, on aurait une meilleur vie dans le prĂ©sent. Je ne vais pas vous dire que c’est forcĂ©ment faux, car je n’en sais rien (et vous aussi). Il y a tellement de probabilitĂ©s et de facteurs Ă  prendre en compte (en dehors de notre personne), qu’il est impossible d’affirmer que l’on aurait Ă©tĂ© bien mieux loti que maintenant.

Connaissez-vous l’effet papillon ?

« Expression nous venant de l’anglais “butterfly effect” tirĂ©e d’une confĂ©rence d’Edward Lorenz. L’effet papillon est matĂ©rialisĂ© par une chaĂźne d’Ă©vĂ©nements qui se suivent les uns les autres et dont le prĂ©cĂ©dent influe sur le suivant. Ainsi, on part d’un Ă©vĂ©nement insignifiant au dĂ©but de la chaĂźne pour arriver Ă  une chose catastrophique (ou du moins trĂšs diffĂ©rente de la premiĂšre) Ă  la fin. [1]»

  • Mon vieux, si j’avais jouĂ© mes chiffres ce  jour-lĂ  au Lotto, j’aurais Ă©tĂ© millionnaire !
  • Rien ne garantit que ce soient ces mĂȘmes chiffres qui seraient sortis.
  • Je ne vois pas en quoi le fait d’avoir Ă©tĂ© acheter un billet et l’avoir complĂ©tĂ© aurait eu un tel impact sur le dĂ©roulement du jeu. La vĂ©ritĂ© est que si j’avais dĂ©cidĂ© de le faire, ma vie aurait complĂ©tement changĂ© !
  • Peut-ĂȘtre ou peut-ĂȘtre pas ! Elle aurait pu aussi ĂȘtre bien pire (en admettant qu’elle le soit d’emblĂ©e).
  • Je ne vois pas comment
 Tu veux voir mes dettes ?
  • T’imagines dans la prĂ©cipitation, tu cours rĂ©cupĂ©rer ton gain, jovial et surexcitĂ© comme jamais
et lĂ , pas de chance, tu es moins vigilant que d’habitude et c’est lĂ  qu’un camion a dĂ©cidĂ© d’emprunter la mĂȘme rue que toi. Bam, te voilĂ  millionnaire
millionnaire mais mort.
  • Mouais, ça c’est ton imagination !
  • Et la tienne Ă©galement !

Mais alors pourquoi certains d’entre nous ont cette fameuse tendance Ă  toujours utiliser le « SI Â» !

«Si seulement j’avais pu
 Si seulement j’avais su
 Â»

Utiliser dans ce but, le « SI Â» est la clĂ© qui vous fera voyager dans le passĂ© ! Non pas pour le modifier, mais pour opĂ©rer dans votre esprit une comparaison entre le Soi (“vous” prĂ©sent, et dĂ©prĂ©ciĂ©) et le Soi( “vous” au passĂ©, et idĂ©alisĂ©).

Imaginez-vous dans une voiture. Le rĂ©troviseur est votre moyen de retourner dans le passĂ© afin de vous souvenir Ă  quel point votre « Soi Â» idĂ©al a Ă©tĂ© perdu. Pourquoi faire ? Quel est l’objectif  et surtout la rĂ©compense ? A l’instar de ceux qui Ă©coutent des musiques tristes[2] lorsqu’ils vivent une situation dramatique, vous allez vous conforter dans la douleur, car vous la connaissez dĂ©jĂ . Le cerveau aime les habitudes car il y dĂ©pense moins d’énergie (cet avare !). Vous pourrez mĂȘme en tirer une jouissance de nature un peu morbide. Mais concrĂštement, vous en sortirez déçu (de vous-mĂȘme et de ceux qui, selon vous, seraient responsables de votre Ă©tat), dĂ©pressif et peut-ĂȘtre mĂȘme aigri. Des sentiments qui vous rendront encore plus passif que vous ne l’ĂȘtes, et du coup, loin de toute action qui pourrait changer la donne (aujourd’hui ou demain).

En gĂ©nĂ©ral, ce qui nous blesse, c’est le sentiment d’échec, ce qui arrive lorsqu’on a un Soi idĂ©al trop proche de notre Soi prĂ©sent. C’est-Ă -dire que “l’image de ce que nous souhaitons ĂȘtre” est si proche de notre attention, que l’on ne peut s’empĂȘcher de nous comparer Ă  ce que “nous sommes actuellement”. C’est ce qui gĂ©nĂšre cette sensation d’échec et de frustration.
Eloignez cet idĂ©al de quelques mĂštres, et vous verrez la diffĂ©rence !

QUE FAIRE (au minimum)?

A. Vous souvenir que voyager dans le passĂ© (dans ce contexte !) vous rendra encore plus mal que vous ne l’ĂȘtes. 
–> Brisez le rĂ©troviseur ! Et ne vous retournez pas  au risque d’ĂȘtre transformĂ© en statut de sel !
C’est souvent plus fort que nous. Et ça ne changera pas d’un coup de baguette magique ! L’importance est d’en ĂȘtre conscient. Et que dĂšs que l’on s’en rend compte (que nous naviguons dans le passĂ©),  focaliser immĂ©diatement son attention sur quelque chose de plus positif ! C’est un effort Ă  faire! Ce ne sera pas facile ! Vous en avez marre de vĂ©gĂ©ter et de ruminer inutilement ? Alors faites-le ! N’essayez pas (sinon aprĂšs 2-3 tentatives vous allez vous dire que ça ne sert Ă  rien), faites le pendant au minimum 20 Ă  30 jours (afin d’en faire un automatisme) !

De temps en temps, vous pourriez avoir des petites rechutes. Ce n’est pas grave, c’est humain. Certaines personnes ont cette facilitĂ© Ă  resasser les mauvais souvenirs. Lorsque vous en prenez conscience, dites « STOP Â» et repenser Ă  quelque chose qui vous rendra le sourire !

Le but n’est pas de sourire bĂȘtement en mode « pensĂ©e positive ! Â». Mais de se mettre dans un Ă©tat d’esprit qui nous mobilisera vers l’action.
Testez un peu : vous avez dĂ©jĂ  essayĂ© de faire du sport en dĂ©primant ? C’est trĂšs difficile. En gĂ©nĂ©ral, on arrĂȘte aprĂšs 2 mn d’efforts.

B. Faites le bilan du prĂ©sent.  Que ce soit pour les objets non concrĂ©tisĂ©s, la reprise d’études, une rĂ©orientation professionnelle, une relation Ă  long terme, etc.

Quel est votre projet « concrĂštement Â» ?
Est-il rĂ©alisable ? Il est clair que selon vos compĂ©tences et votre situation actuelle, il y a des projets d’antan que vous devrez peut ĂȘtre revoir Ă  la baisse.

Si la rĂ©ponse est non, en ĂȘtes-vous certain ? Est-ce une question de rĂ©alisme (sur base de votre environnement et de vos capacitĂ©s actuelles) ou de prĂ©supposĂ©s non vĂ©rifiĂ©s ? (si vous saviez le nombre de personnes qui regrettent de n’avoir pas agi Ă  cause du Monstre CESTROTARD, et qui expriment ce regret en fin de vie…)
Est-il sous votre contrĂŽle ? (ou dĂ©pend-il d’autres personnes ?)

L’un des facteurs les plus difficiles Ă  surmonter pour ceux qui ne se sentent pas assez Ă©panoui dans leur vie, c’est la perception d’ĂȘtre “devenu trop ĂągĂ©” et de n’avoir “rien” ou pas “assez” accompli. C’est d’autant plus complexe que lorsque notre objectif est professionnel, la discrimination sur base de l’Ăąge est bien prĂ©sente. Toutefois, il faut ĂȘtre conscient que s’il devient plus difficile de trouver un job Ă  55 ans qu’Ă  35, il existe des tas de contre exemple. Pour certains employeurs, l’Ăąge est assimilĂ© Ă  l’expĂ©rience et un savoir-ĂȘtre professionnel contrairement Ă  l’inexpĂ©rience et les difficultĂ©s inhĂ©rentes d’une jeunesse parfois hors de contrĂŽle.

Daoud (nom d’emprunt) a Ă©tĂ© recalĂ© lors d’un test pour entrer comme cuisiner dans un centre de formation. La personne qui lui avait fait passer le test lui a signalĂ© qu’il ne trouverait jamais un job dans ce secteur Ă  son Ăąge (51 ans). DĂ©primĂ©, Daoud Ă©tait sur le point de renoncer Ă  son projet.
Le Chasseur avec qui il Ă©tait en contact, la mit en relation avec un Centre de rĂ©fĂ©rence du secteur Horeca pour savoir ce qu’il en Ă©tait exactement: ce sera difficile mais pas impossible! Chaque annĂ©e des employeurs engagent des personnes de son Ăąge; il devra se vendre, dĂ©montrer sa motivation et faire de son Ăąge un atout.
Croyez le ou pas, il a finit par trouver un emploi dans ce secteur.
MoralitĂ©: vous pouvez toujours tomber sur un con qui croit ĂȘtre un spĂ©cialiste dans son domaine et qui vous dĂ©moralisera. Ignorez le, et continuer votre route!

C. Allez dans le futur (un peu d’imagination que diable !) pour vĂ©rifier que votre projet “fonctionne”! Voyez ce que vous voyez, entendez ce que vous entendez et sentez ce que vous sentez  ! Si vous n’y arrivez pas, c’est qu’il y a  quelque chose qui ne va pas dans votre objectif de dĂ©part ! Une fois que c’est fait, rĂ©colter cette prĂ©cieuse information : «Comment saurez-vous concrĂštement que vous avez bel et bien atteint votre objectif Â»

D. AGIR ! Rester passif laisse la porte ouverte au Monstre CESTROTARD ! Ruminer, penser a une influence sur notre comportement et nos Ă©motions. Mais ces 3 portes d’entrĂ©es sont interdĂ©pendantes ! Donc soyez dans l’action, et cela influencera vos pensĂ©es et vos Ă©motions par la mĂȘme occasion !

E. Profitez du prĂ©sent ! Ne restez pas focalisĂ© sur le futur : ce serait une erreur ! Le temps passe et ça, vous le savez mieux que personne ! Alors, profitez de chaque instant comme vous le pouvez, tout en continuant votre projet. Le chemin est aussi important que l’arrivĂ©e !
Cela vous Ă©vitera le sentiment d’agir en vain durant le trajet et d’abandonner en cours de route.

Ayez de la gratitude pour ce que vous avez déjà.
La santé? Une famille? Un ou des amis sur qui vous pouvez compter? Un domicile? Un abris? Vos principes ? Prenez quelques secondes, voir quelques minutes pour y penser.

F. Eloignez votre idĂ©al de Soi (pas trop loin car il est important de le garder Ă  l’esprit) de votre Soi actuel. Cela vous Ă©vitera la frustration de vous confronter constamment Ă  votre non rĂ©ussite (actuel).

Wissam a reçu une trĂšs belle voiture pour son anniversaire. Elle est stationnĂ©e devant la porte de son domicile. En la voyant chaque matin, Wissam se souvient qu’il n’a toujours pas le permis (ce que ses camarades lui rappellent constamment pour s’en moquer). Le jour oĂč son pĂšre l’a mis dans le garage, il s’est senti beaucoup mieux.

© toute reproduction de cet article et du contenu sans citation de l’auteur est proscrit. Vous ĂȘtes libre de le partager en mentionnant la rĂ©fĂ©rence et/ou l’auteur.


[1] https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/expression/

[2] https://www.psychologies.com/Culture/Savoirs/Musique/Articles-et-dossiers/Pourquoi-ecoute-t-on-de-la-musique-triste-quand-on-n-a-pas-le-moral

Si vous avez aimĂ© l'article, vous ĂȘtes libres de le partager! ;)

6 Thoughts on “Remonter le temp pour ne plus gĂącher sa vie !

  1. Bonjour,

    Bravo pour cet excellent article,

    Il n’est jamais trop tard pour vivre.
    Pour moi cela semble Ă©vident (ce monstre CESTROPTAD n’est pas encore chez moi).
    Ce qui est Ă©vident pour les uns, ne l’est pas forcĂ©ment pour les autres…

    Lorsque je discute avec quelqu’un qui me sort l’excuse de l’Ăąge je ne sais pas quoi lui rĂ©pondre (difficile de rĂ©pondre quand on ne comprend pas…)

    DĂ©sormais je saurai !

    Merci pour tes conseils.

    Je reviendrai !

Laisser un commentaire